ahan


ahan

ahan [ aɑ̃ ] n. m.
Xe; dér. prob., comme l'a. provenç. afan et l'it. affanno « peine, souci », du lat. pop. °affannare « se donner de la peine », de afannæ « sottises, choses embrouillées »
1Vx ou littér. Effort pénible. « ce que j'écris sans plus d'ahan » (A. Gide). « D'ahan » (Apollinaire) :avec peine.
2(1798) Littér. Respiration bruyante accompagnant cet effort. « Il était si fatigué que, chaque fois qu'il montait sur un trottoir, il avait une sorte d'ahan » (Montherlant) . aussi han.

ahan nom masculin (italien affano, du latin populaire afannare, se donner de la peine) Littéraire. Plainte marquant un effort pénible.

⇒AHAN, subst. masc.
A.— Vx, rare. [Gén. en parlant d'une pers., ou d'une chose personnifiée] Effort physique très pénible où l'être semble s'essouffler :
1. Hérode avait entrelacé ses pieds sous le tronc de l'arbre, et il y tenait comme avec des crampons rivés. La Râpée, serré entre ses bras non moins musculeux que ceux d'Hercule, suait et soufflait d'ahan.
T. GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 413.
2. Puis elle retourna, à grand ahan, car les cadavres même maigres et provisoires, pèsent lourd, la carcasse d'homme...
A. ARNOUX, Zulma l'infidèle, 1960, p. 165.
P. ext. Cris d'essoufflement accompagnant cet effort :
3. ... elles écoutaient le hoquet de la locomotive qui se met en marche, le sifflement saccadé de ses jets, ses cris stridulés, ses ahans rauques.
J.-K. HUYSMANS, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 237.
4. Il était si fatigué que, chaque fois qu'il montait sur un trottoir, il avait une sorte d'ahan, se soulevant et se recevant comme un cheval poussif sur l'obstacle (on aurait cru entendre la selle grincer).
H. DE MONTHERLANT, Les Célibataires, 1934, p. 844.
Rem. 1. Ahan est présenté en ce sens comme un mot bas ou pop. ds Ac. 1798, Ac. t. 1 1932 et ds BESCH. 1845, LITTRÉ. 2. Il porte la marque ,,vieux`` ou ,,vieilli`` ds BOISS.8, Lar. 20e, ROB.; LITTRÉ remarque : ,,Ce mot populaire, très usité jadis, tombe en désuétude. Pourtant il serait bon de faire des efforts pour le conserver; car il est expressif et a des liaisons avec toutes les langues romanes.`` 3. À signaler aussi les sens vx ou vieilli de « labour » ds Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845 et de « terres nouvellement défrichées » ds DUPIN-LAB. 1846. Cf. étymol.
B.— P. anal., littér. Effort moral, intellectuel, etc. très pénible :
5. Ce corps à corps avec la phrase, ces ahans de porteur d'eau durant ses veilles, les écroulements hébétés sur son divan pour quinze lignes qu'il supprimait au petit jour, cette absurde ascèse demeurait la seule qui fût, à sa portée [de Flaubert] ...
F. MAURIAC, Mémoires intérieurs, 1959, p. 99.
Prononc. :[]. Qq. dict. (PASSY 1914, BARBEAU-RODHE 1930) indiquent une var. [].
Étymol. ET HIST.
A.— Subst. 1. a) Mil. Xe s. « peine, tourment » (Vie de S. Léger, 9, 10, éd. A. Henry, Chrestomathie, p. 9 : Aprés ditrai vos dels aanz Que li suos corps susting si granz); XIe s. « fatigue, peine » (Alexis, 46, éd. Paris-Pannier : Por toe amor en soferrai l'ahan); d'où début XIVe s. suer d'ahan, « faire une chose très pénible physiquement, se fatiguer extraordinairement » (G. GUIART, ms. fol. 130, R° ds LA CURNE t. 1 1875 : Tyois qui de grant hahan suent Le cheval sous Guillaume tuent); b) début XIIIe s. « travail, labeur » (Vie de Ste Juliane, éd. Feilitzen, 737 ds T.-L. : Aleir t'estuet a ton ahan, Dont tu dois vivre trestot l'an). — XVIe s.; d'où 2. 2e moitié XIIIe s. « terre labourable, champ » (GAUTHIER LE LONG, La Veuve, v. 431-433 ds Trouv. Belges, I, p. 239 : Voir je devroi estre banie, Cant je lessai por vos Jehan, Ki a sa terre et son ahan); ca 1390 « labour, semailles » (BOUT., Somme rur., 2e part., f° 35a, éd. 1486 ds GDF. : On le mettroit [un vivier] a ahan et a semence). — 1845, BESCH.; fin XIVe s. « récolte, produit d'une terre mise en labour » (EUST. DESCH., Poés., Richel., 840, f° 422 a, ibid. :Je pense de cueillir l'ahan Des moissons ou vous aurez part); ces 2 dernières accept. se retrouvent dans les dial. du Nord (cf. FEW t. 1, s.v. afannare).
B.— Interj. Fin XIIe s. Invite à l'effort (Ren., 3346, éd. Méon ds T.-L. : amis, ahan, ahan, Sachiez bien les cordes, sachiez).
Du lat. afannare, non attesté mais postulé par les formes fr. et l'a. prov. afanar (XIIe s., RAYN.). FOUCHÉ t. 3 1961, p. 612, explique ainsi l'évolution phonét. : le f entre 2 a non accentués s'est ouvert en [-w-] qui se serait amui. Afannare demeure d'orig. obsc. : une dérivation du lat. afannae « faux-fuyants, balivernes » (BL.-W.5, COR. t. 1 1954, s.v. afanar) fait difficulté sur le plan sém. L'ital. affannare est un empr. soit à l'a. prov. (G. DEVOTO, Dizionario etimologico, 1968, s.v.) soit au fr. (DEI) accompagné de croisement avec le préf. ital. a(d); l'esp. afanar est soit directement issu du lat., soit emprunté à l'a. prov. (COR., loc. cit.). L'hyp. de EW FS2 déjà formulée ds GAM. Rom.1, p. 252 (à la suite de Brüch ds Z. fr. Spr. Lit., t. 40, p. 103), qui considère affannare comme une romanisation de l'a. nord. af-annan, de l'a. nord. qnn « effort » fait difficulté sur le plan phonét. et surtout du point de vue géogr.; 2 est peut-être le déverbal de ahan.
STAT. — Fréq. abs. litt. :17.
BBG. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — DUPIN-LAB. 1846. — LE ROUX 1752. — PISANI (V.). Relitti lessicali oscoumbri nelle lingue romanze. In :[Mélanges Rohlfs (G.)]. Halle, 1958, p. 378. — TIMM. 1892.

ahan [aɑ̃] n. m.
ÉTYM. Xe; dér. probablt, comme l'anc. provençal afan et l'ital. affano « peine, souci », du lat. pop. afannare « se donner de la peine », de afannæ « sottises, choses embrouillées ».
1 Vx ou archaïsme littér. Effort pénible, souffrances. — ☑ Loc. Suer d'ahan.À grand ahan : avec un effort grand et pénible.
1 Au fond de la forêt sauvage, à grand ahan, comme des bêtes traquées, ils errent, et rarement osent revenir le soir au gîte de la veille.
J. Bédier, Tristan et Iseut, IX, 95.
2 Laissez au repos vos Francs ! En ce pays sept ans vous êtes restés; ils y ont beaucoup enduré de peines, beaucoup d'ahan.
J. Bédier, Chanson de Roland, XIX, 23.
3 Passeur passe jusqu'au trépas
Les bacs toujours s'en vont et viennent (…)
D'ahan les passeurs les déchaînent
Il faut passer il faut passer
Apollinaire, le Guetteur mélancolique, « Les bacs », Pl., p. 537.
4 J'écris sans trop de difficulté; mais j'ai du mal à me convaincre que ce que j'écris sans plus d'ahan ni de transport puisse valoir quelque chose.
Gide, Journal, 7 août 1931.
2 (1798). Littér. Respiration bruyante accompagnant l'effort. Ahaner, 2.
5 Chaque fois qu'un des pieds touche le sol, le buste s'incline en avant tandis que l'air sort des poumons en produisant un sourd ahan, qui semble accompagner quelque travail pénible de bûcheron avec sa cognée ou de laboureur avec sa houe à bras.
A. Robbe-Grillet, Projet pour une révolution à New York, p. 39.
DÉR. Ahaner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ahan — ahan …   Dictionnaire des rimes

  • ahan — ahan·ka·ra; …   English syllables

  • ahan — AHAN. s. m. Peine de corps, grand effort, tel qu est celui que font ceux qui fendent le bois, ou qui lèvent quelque pesant fardeau. C est un de ces mots qui se forment du son de la chose qu ils signifient. Suer d ahan. Il est bas …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ahan — Ahan, m. acut. Proprement pris est la voix souspireuse qu en l effort du travail les gens de penible besongne jettent hors, et consequemment se prend pour grand travail, et est onomatopoeea, de han, son souspireux, que rendent ceux qui ruent un… …   Thresor de la langue françoyse

  • ahan — AHAN. s. m. Peine de corps, grand effort tel qu est celuy que font ceux qui fendent du bois, ou qui levent quelque pesant fardeau. C est un de ces mots qui se forment du son de la chose qu ils signifient. Suer d ahan. Il est bas …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ahan — (a an) s. m. Grand effort, tel que celui que fait un homme qui fend du bois ou soulève un fardeau pesant. Suer d ahan, faire une chose très pénible. REMARQUE    Ce mot populaire, très usité jadis, tombe en désuétude. Pourtant il serait bon de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AHAN — s. m. Peine de corps, grand effort, tel que celui d un homme qui fend du bois ou qui lève quelque pesant fardeau. Il est populaire et ne s emploie que dans cette phrase, Suer d ahan, Faire quelque chose de très pénible …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AHAN — n. m. Peine de corps, grand effort, tel que celui d’un homme qui fend du bois ou qui lève quelque pesant fardeau. Il est populaire et ne s’emploie que dans cette phrase, Suer d’ahan, Faire quelque chose de très pénible …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Ahan — aham, ahan nm terre en labour. Dér.: ahaner, ahemer : labourer, ahamable : labourable anc. fr. XVIII° …   Glossaire des noms topographiques en France

  • Àhàn — ISO 639 3 Code : ahn ISO 639 2/B Code : ISO 639 2/T Code : ISO 639 1 Code : Scope : Individual Language Type : Living …   Names of Languages ISO 639-3